AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Levi Stewart
lost in the fog

➢ POSTS : 574
➢ ÂGE : 35 ans
➢ SURNOM : Lonewolf
➢ OCCUPATION : Lieutenant de police
➢ STATUT CIVIL : Célibataire
➢ ATTIRANCE : Une seule femme fait battre mon cœur
➢ ASPIRATION : Reconquérir le cœur de celle qu'il considère comme son âme sœur
➢ QUOTE : Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow
➢ LOGEMENT : Castro District, Studio #66
➢ RPS : After all this time, I still miss you everyday - Daphne Palmer

La nuit de tous les dangers ➢ Kinga Ilinski

I just want to close my eyes once and forever ♪ Jordan Fisher

Un après-midi à la plage - RP commun

My head is a very dark place ❆ Naya Taylor
➢ AVATAR : John Krasinski
➢ CRÉDITS : Tumblr & bat'phanie
➢ WHO ARE YOU : Sweety
➢ AUTRES VIES : Not yet
➢ INSCRIPTION : 27/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 6:29



Levi Stewart
The journey of a thousand miles begins with one step.
Identité : Levi Stewart. Surnom : Son meilleur ami et frère de cœur Fred a toujours eu pour habitude de le surnommer Lonewolf pour la simple et bonne raison que durant de nombreuses années, Levi avait pour habitude d'être un solitaire dans l'âme en particulier suite à la mort tragique de ses parents.  Age : Levi est né le 6 juin 1982 à Yuba City: il a donc 35 ans. Métier : Lieutenant de police. Statut civil : Célibataire Orientation sexuelle : Hétérosexuel. Groupe : ❤️ beside you. Scénario ou inventé : Scénario. Est-ce un double-compte : Non.

Aspiration : Pendant longtemps, Levi dévouait toute sa vie à son métier. A cette époque, son unique but était donc de gravir les échelons dans son boulot et de mener une belle carrière. Aujourd'hui, son travail passe au second plan pour la simple et bonne raison que sa priorité n'est autre que de récupérer son âme sœur. En se comportant comme un idiot, il est conscient de peut être l'avoir perdu pour toujours mais à ses yeux, Daphne est sa raison de vivre et d'exister: il fera donc tout ce qui est en son pouvoir pour la reconquérir même si il doit se battre jusqu'à son dernier souffle pour obtenir son pardon.


Are you fogged up?
 
Son caractère:

Tenter de définir la personnalité de Levi peut s'avérer très périlleux. Son esprit est aussi vaste qu'un labyrinthe. le genre de casse-tête insoluble que tout étudiant rêve de résoudre lorsqu'il se retrouve dans un cours de mathématiques.

Aimant rester discret, il lui arrive pourtant de se dévoiler au grand jour: on peut alors observer Levi dans toute sa splendeur. Il déteste voir souffrir les personnes qu'il aime et consacre l'essentiel de son temps à aider ses amis en les soutenant et en les écoutant dès qu'ils en ont besoin même s'il refuse rarement qu'on lui donne également quelques conseils. Aussi surprenant que cela puisse paraître, Levi peut également devenir une véritable pile électrique que rien ne semble pouvoir arrêter: ses taquineries et espiègleries rencontrent beaucoup de succès. Le jeune homme n'est d'ailleurs pas le dernier lorsqu'il s'agit de mettre de l'ambiance dans une fête.

Cependant Levi cache une autre personnalité beaucoup plus sombre qui s'explique par son lourd passé: il ressent souvent le besoin de s'isoler de temps à autre quand beaucoup de questions se bousculent dans sa tête. Il se remet souvent en cause et peut devenir quelqu'un de très froid quand il se retrouve confronté à des problèmes qui lui paraissent insurmontables. Même si il déteste la violence, le jeune homme peut devenir très agressif lorsqu'on s'attaque aux personnes qui occupent une place dans son cœur et il sait parfaitement se défendre en toutes circonstances.

En résumé, Levi est une véritable énigme mais s'il est compréhensible de baisser les bras lorsqu'on doit résoudre une équation, il serait préjudiciable de ne pas percer le mystère qui entoure le jeune homme: un ami fidèle et digne de confiance ne se trouve pas à tous les coins de rue...

Manies:

Lorsqu'il est nerveux, le jeune homme se retrouve tout de suite à découvert car il possède de nombreux tics qu'il est facile de déceler: il joue avec ses doigts, se mordille les lèvres et ses jambes ne tiennent plus en place

Phobie:

Levi souffre de coulrophobie ce qui signifie qu'il a peur des clowns.

Son histoire:

Si je devais vous raconter ma vie depuis ma naissance, je pense que vous auriez vite fait de trouver le temps long. Je ne suis pourtant pas un écrivain déplorable mais disons-le franchement, mon enfance n'a pas été des plus passionnantes. Pour faire simple, j'ai toujours pensé qu'une bonne étoile avait veillé sur mon sort pour la simple et bonne raison que je n'ai jamais eu la sensation d'être malheureux. Bien évidemment, j'ai parfois versé quelques larmes mais en général, c'était parce que je l'avais bien cherché : j'étais du genre aventurier alors dès que j'avais l'occasion de fausser compagnie à mes parents, je m'en donnais à cœur joie. Du coup, je l'ai parfois payé au prix fort donnant de véritables sueurs froides à ma pauvre mère qui était souvent obligée de me conduire chez le médecin. Le plus ironique dans cette histoire, c'est que cet idiot avait fini par croire que mes parents me maltraitaient tellement j'avais de bleus partout sur le corps. Sachant combien ils étaient maternels à mon égard, il y avait de quoi rire à de telles allégations et heureusement, il réalisa rapidement qu'il était dans le faux : qui sait ce qui aurait pu m'arriver si on m'avait subitement éloigné de ma famille. Comme vous l'aurez compris, j'ai donc nagé dans le bonheur suprême pendant de longues années. Alors plutôt que de m'attarder sur cette période d'insouciance, j'ai décidé de vous raconter l'événement qui a modifié le cours de mon existence à tout jamais (Anecdote sous la forme d'un RP dans l'autre sujet)...

A la suite de cette tragédie, mon état de santé suscite de nombreuses inquiétudes au sein de l'équipe médicale si bien que mon pronostic vital reste même engagé durant au moins une semaine. Pris en charge par le meilleur hôpital de la ville, je subis deux opérations délicates avant d'être placé en soins intensifs. Plongé dans un coma profond, j'emprunte alors le chemin de la guérison me retrouvant sur la pente ascendante : ayant frôle la mort, la prudence est de rigueur malgré mon net regain de forme. Lorsque je suis de retour parmi les vivants, j'ai rapidement le droit à une surprise de taille...

Sorti vainqueur de cette lutte fratricide qui m'opposait à la mort, je rouvre mes paupières pesantes à la veille de mon dix-huitième anniversaire alors que le soleil inonde ma chambre de ses premiers rayons. Je suis allongé sur mon lit depuis une éternité et pourtant, je sens déjà que chaque geste va m'obliger à fournir un effort surhumain : un coma n'est pas le genre de sommeil qui a le mérite de vous réussir. Je n'ai pas bougé d'un cil et mes yeux paraissent trop fatigués pour m'aider à y voir plus clair mais dès mon réveil, je perçois une voix familière à laquelle je fais tout pour me raccrocher. Tout en me parlant, quelqu'un me tient tendrement ma main et cette simple marque d'affection suffit à mon bonheur : je comprendrai bien plus tard que cette personne en question n’est autre que Fred : un ami que je connais depuis environ trois ans et que je considère aujourd’hui comme mon frère. Contraint de m'astreindre à une lourde rééducation, j'entame une rude bataille afin de récupérer l'intégralité de mes moyens et ma force de caractère me permet souvent de supporter la douleur. Effectuant un entraînement d'une intensité redoutable, j'apprends alors à me lever chaque matin en sachant qu'un nouveau défi m'attendra au tournant : parfois proche de la rupture, je fais en sorte de ne jamais lâcher prise. Présent à mes côtés, Fred ne se contente pas de suivre mes progrès jour après jour, il m'encourage et s'improvise même psychiatre lorsque mon mental devient défaillant. Physiquement atteint, je vois mon supplice s'achever au bout de quelques semaines de dur labeur : ayant finalement rempli l'objectif que les médecins m'avaient fixé, la victoire est d'autant plus belle à savourer. Traverser cette épreuve au combien pénible m'a mis sur les rotules mais je ne m'en plains pas : avec le recul, j'ai conscience d'être un miraculé. Je m'estime heureux de ne pas avoir succombé à mes blessures mais je ne réalise pas encore que le plus dur demeure encore à venir.

Je quitte finalement l'hôpital au milieu de l'été après avoir subi d'ultimes tests qui se sont révélés concluants. J'aurais voulu en profiter pour laisser derrière moi certains souvenirs encombrants mais mes espoirs sont vite douchés. Ayant subi une amnésie passagère à la suite de mon coma prolongé, je retrouve peu à peu la mémoire et ne tarde pas à être confronté à une réalité que je ne peux accepter : comment pourrais-je en effet continuer de vivre en sachant pertinemment que mes parents sont morts par ma faute ? Hantés par des images sinistres et insoutenables, je suis rapidement sujet à des insomnies. Des angoisses nocturnes pour le moins tenaces rythment mon quotidien si bien que Fred me conseille de retourner à l'hôpital. Mon cas suscite de nombreuses interrogations chez les médecins mais plutôt que de me bourrer de médicaments, ils jugent qu'il est préférable que je consulte un psychologue dans les plus brefs délais. D'abord réfractaire à cette idée, je dois revoir mes prétentions à la baisse lorsque mon manque flagrant de sommeil commence à déteindre sur ma personnalité : devenu facilement irritable, je choisis d'agir avant que le contrôle de la situation ne m'échappe totalement. Le traitement se montre si efficace que ma première séance a tout de suite l'effet escompté. M'étant octroyé le monopole de la conversation, le psychothérapeute n'a aucun mal à comprendre d'où proviennent mes troubles. Bien qu’il ne parvienne pas complètement à me faire déculpabiliser, il réussit à changer ma perception des événements.

Durant les mois qui suivent, je me bats mais j'ai vraiment du mal à refaire surface. Parfois, je donne l'illusion d'aller beaucoup mieux mais les sourires que j'affiche sont souvent forcés. En discutant avec Fred, je comprends alors que si je veux vraiment tirer un trait sur mon passé et ouvrir un nouveau chapitre de mon existence, il faut que j’obtienne justice en mettant tout en œuvre pour que la mort de mes parents ne demeure pas impunie. Motivé comme jamais, je décide alors de mener ma propre enquête pour tenter de réussir là où la police a échoué : laissant mes études de côté, je passe l’essentiel de mes journées à reconstituer chaque seconde de cette nuit qui a changé ma vie à tout jamais. A force, j’ai l’impression de foncer droit dans le mur et de m’être bercé d’illusions dès le départ mais je refuse catégoriquement de baisser pavillon : même si je dois y concentrer toute mon énergie, je ne lâcherai pas prise tant que je n’aurais pas coincé ceux qui ont descendu mes parents. Je commence alors à mettre les bouchées doubles, à effectuer des recherches poussées en utilisant tous les moyens à ma disposition pour coincer les coupables. Je consacre 8 mois de ma vie à cette enquête sans récolter le moindre résultat à tel point que malgré ma persévérance, je suis sur le point de rendre les armes jusqu’au jour où un miracle se produit. En consultant les archives de police, je finis par découvrir une information qui attire mon attention. Persuadé d’avoir mis le doigt sur un détail primordial, je poursuis mes investigations et finis par découvrir que je n’avais pas rêvé : je n’en ai pas encore la certitude mais je suis alors persuadé que d’ici peu, je tiendrai les assassins de mes parents par la peau des couilles.

Un mois plus tard, mes efforts ont fini par porter leurs fruits. Après m’être assuré d’avoir monté un dossier en béton, j’ai décidé de partager mes informations avec la police : d’abord dubitatif, le commissaire principal qui s’était chargé de l’enquête concernant le meurtre de mes parents a décidé de vérifier mes sources. En s’appuyant sur les preuves que j’avais récolté, celui-ci a fini par comprendre que je n’avais pas fait les choses à moitié si bien qu’en l’espace de seulement quelques semaines, la police a été en mesure de retrouver les coupables et de les arrêter. Désormais derrière les barreaux, les assassins de mes parents sont en attente de leur procès et même si celui-ci n’aura lieu que dans quelques mois, j’ai déjà hâte que ce jour arrive : une fois que le jugement sera tombé, je sais que je pourrai enfin tourner la page et oublier cet épisode tragique de mon passé.

Soulagé d’un poids, je réalise que je vais enfin pouvoir aller de l’avant d’autant plus qu’au travers de l’enquête que j’ai mené par mes propres moyens, j’ai compris que je venais de trouver ma vocation. Bien que je sois encore assez jeune, je n’ai pas envie de me lancer dans de longues études : tout ce qui m’intéresse désormais est de rentrer dans la police. Je suis conscient que je vais devoir faire mes preuves mais cela ne m’effraie en aucune façon : maintenant que j’ai trouvé ma voie, je suis prêt à tous les sacrifices pour parvenir à mes fins.

Deux ans s’écoulent alors et jusqu’à présent, ma carrière a pris exactement le chemin que je désirais. Pour l’instant, je ne suis qu’un simple flic mais j’ai appris que d’ici peu, je devrais monter d’un grade et devenir lieutenant. Il faut dire que je suis très respecté dans le commissariat où je travaille et qu’à la suite d’une opération périlleuse que j’ai menée à bien, j’ai même eu le privilège de recevoir une médaille. En revanche, dans ma vie privée, je suis un loup solitaire et je compte mes amis sur les doigts d’une seule main. Côté cœur, je n’ai jamais eu la moindre relation durable pour le moment et je me suis plutôt spécialisé dans les relations d’un soir. Aux yeux de certains de mes collègues, j’accorde d’ailleurs trop d’importance à mon travail mais la vérité, c’est que j’ai besoin de me donner corps et âme dans ce boulot pour me sentir totalement épanoui. Je ne me doute pas encore que d’ici peu, je vais revoir mes priorités.

Depuis quelques temps, je me contente de mener des enquêtes d’une rare banalité ce qui a tendance à me frustrer. Alors quand on me demande de me mettre sur la piste d’un vulgaire hacker, je me dis une fois de plus que je vais m’ennuyer à mourir : je suis alors loin d’imaginer que la personne visée est une femme dont l’identité ne m’est pas totalement inconnue. En effet, la charmante demoiselle qui s’est fait pincer se prénomme Daphne et pour être honnête, je la connais bien dans la mesure où cette charmante demoiselle n’est autre que la sœur de mon frère de cœur Fred. Même si nous avons déjà eu l’occasion de discuter tous les deux, nous ne sommes pas vraiment proches mais comme elle fait partie de la famille de mon meilleur ami, j’éprouve forcément de l’affection pour elle. J’ai plutôt la réputation d’être intransigeant tout en essayant de demeurer juste mais pour une raison que j’ignore, je décide de me monter beaucoup plus clément qu’à mon habitude en n’engageant aucune poursuite contre Daphne. Serait-il possible que je me sois laissé amadouer par son petit numéro de séduction ? J’aimerais me convaincre du contraire mais je dois reconnaître que la jeune femme ne me laisse pas de marbre.

D’ailleurs, par la suite, j’ai beaucoup de mal à chasser son image de mon esprit. Je ne dirais pas qu’elle obsède toutes mes pensées mais c’est comme si une force invisible me poussait à passer du temps en sa compagnie. Etant très proche de Fred, il n’est pas rare que j’effectue un petit détour par sa demeure plusieurs fois par semaine mais si cela ne me faisait ni chaud, ni froid de croiser sa route par le passé, je réalise désormais que j’ai beaucoup de mal à ne pas contempler sa jolie silhouette quand elle se trouve dans les parages. Au début, cette situation me met presque mal à l’aise car je n’oublie pas que Daphne est la sœur de mon meilleur ami mais contre toute attente, Fred réalise aussitôt ce qui se trame et me donne en quelque sorte sa bénédiction si jamais l’envie me prenait de sortir en sa compagnie. Je résiste à la tentation l’espace de quelques semaines mais rapidement, je comprends qu’en agissant de la sorte, je m’impose une torture des plus insoutenables et je décide donc de me jeter à l’eau.

Bien que beaucoup de questions se bousculent dans mon esprit, mes doutes s’évanouissent rapidement. Chaque fois que j’ai la chance de passer quelques heures auprès de Daphné, je réalise que j’éprouve un sentiment qui m’est encore totalement inconnu mais qui me remplit de joie. Déjà sous le charme de son physique au combien attrayant, je découvre également qu’elle possède une personnalité des plus savoureuses qui me plait à bien des égards. A vrai dire, j’éprouve beaucoup d’affection pour la jeune femme d’autant plus qu’au fil de nos discussions, je comprends qu’elle souffre de voir des crises éclatées assez souvent dans sa famille. Je la soutiens comme je peux en la rassurant et en lui prêtant une oreille attentive si bien qu’au fil du temps, un lien particulièrement fort commence à se créer entre nous.

Je ne sais pas encore si je suis en train de tomber amoureux de Daphne mais elle devient alors comme une drogue dont j’ai de plus en plus de mal à me passer. Malheureusement, je suis contraint de la délaisser l’espace de quelques mois car bien avant de fréquenter la jeune femme, j’avais pris un engagement que je me dois de respecter. Ainsi donc, je rejoints une mission humanitaire afin d’épauler un ami de longue date : possédant un cœur en or, je lui avais toujours promis qu’un jour ou l’autre, je le suivrai dans l’une de ses aventures pour me déconnecter de mon quotidien et venir en aide aux populations défavorisées.

De retour à mon quotidien, je ne regrette pas d’avoir effectué cette mission car c’est une expérience qui m’a enrichi personnellement mais surtout, en passant six mois loin de Daphne, j’ai compris que j’étais désormais incapable de me passer d’elle et que je voulais vivre le restant de mes jours à ses côtés. Dès que je la revois, je lui fais part de mes sentiments et réalise qu’elle éprouve la même chose à mon égard : je suis alors l’homme le plus heureux du monde. A partir de cet instant, nous formons donc un couple qui semble indestructible. Daphne rencontre un certain succès dans son métier et commence à pas mal voyager : malgré tout, cela n’affecte aucunement l’harmonie de notre relation. Quelques mois plus tard, je suis à mon tour transféré : désormais élevé au rôle de capitaine, je rejoints Los Angeles en compagnie de Daphne. Encore une fois, cela n’affecte en aucune façon notre couple qui paraît plus solide que jamais même si parfois, on doit faire des concessions pour se voir. Cet idylle en tout point parfait va encore durer un an et demi puis soudainement, les choses vont commencer à se gâter.

En l’espace de quelques semaines, les tensions se multiplient dans notre couple et il ne se passe pas un jour sans que l’on se dispute. Les insultes et les reproches fusent de tous les côtés si bien que notre relation finit par battre de l’aile. Doucement mais sûrement, la situation devient ingérable à tel point que le point de non-retour ne tarde pas à être atteint. Ne pouvant plus supporter cette situation devenue incontrôlable, tu décides de toute plaquer et de partir sous d’autres cieux sans que de mon côté, je fasse quoi que ce soit pour te retenir.

Démoli mentalement, je sombre aussitôt dans l’alcool : c'est alors le seul remède que j'ai trouvé pour combattre ma peine. Ma vie devient plus pathétique que jamais : errant dans les rues de Los Angeles, je me contente de faire la tournée des bars ce qui renforce implicitement ma solitude. Mais très vite, la situation s’envenime : mon cœur est submergé par les émotions négatives. J'éprouve le besoin de soulager mon chagrin mais également d'expulser cette haine et cette colère qui me mettent dans des états secondaires. Je ne cherche plus à respecter un certain code d'honneur car je sais désormais qu'à ce rythme, je vais droit dans le mur : c'est inévitable. Je me drogue et je bascule dans le sexe et la violence. Rien ne semble pouvoir arrêter ma chute vertigineuse vers les flammes de l'enfer. En même temps, qui tendrait sa main pour sauver un toxicomane ?

A plusieurs reprises, quelques proches ont tenté leur chance sans le moindre succès. Je les ai perdus les uns après les autres sans éprouver le moindre remord. Je ne me doutais pas que dans mon propre entourage, un ami serait assez stupide pour mettre sa vie en danger dans le simple but de me sauver. Pourtant, celui-ci n'a jamais lâché l'affaire et il a fini par remporter la mise : il m'a sorti la tête de l'eau avant que je ne quitte le commun des mortels. Je n'ai jamais su la quantité d'efforts qu'il avait déployé mais je réalise aujourd'hui que je lui dois la vie. Par ailleurs, c'est au travers de cette aventure que j'ai compris qu'une amitié forte et sincère n'avait aucune limite...

Invité à rejoindre un centre de désintoxication, il me faut alors quelques mois pour entrevoir le bout du tunnel. Je sais que le chemin sera long et parsemé d'embûches mais j'ai retrouvé l'envie de lutter pour aller de l'avant. Après être sorti de l'établissement, je confie mes projets à mon ami de cœur et avec son accord, je décide de quitter Los Angeles à tout jamais...

Après y avoir longuement réfléchi, j’ai finalement décidé de rallier San Francisco. J’ai appris qu’à la suite de notre rupture, Daphne y avait élu domicile. Je suis bien conscient qu’elle ne veut certainement plus entendre parler de moi mais je ne peux pas me résoudre à la rayer de ma vie sans avoir au moins essayer de me battre de toutes mes forces pour la récupérer dans la mesure où je ne plus qu’une coquille vide depuis qu’elle n’est plus à mes côtés. De plus, je lui dois aussi la vérité : Daphne a toujours pensé que je l’avais rejeté parce que sa grossesse me posait problème mais il n’en est rien. La réalité, c’est que quelques semaines avant notre séparation, j’ai commencé à recevoir des coups de fil étranges et menaçants. Je n’ai jamais su de qui ils provenaient mais rapidement, cet inconnu a proféré des menaces à mon encontre et m’a confié qu’il s’en prendrait à Daphne pour m’atteindre. Craignant que sa vie puisse être en danger et ne voulant pas qu’elle soit au courant de cette histoire, j’ai décidé d’employer les grands moyens et de me montrer odieux à son égard pour qu’elle me quitte et ainsi assurer sa sécurité. Désormais, je ferai tout pour la récupérer mais ai-je encore une chance de reconquérir son cœur ? Seul l’avenir le dira…




Pseudo/Prénom : Sweety Age : 31 ans. Pays : France. Avatar :  John Krasinski. Rang : Aucune idée ne me vient à l'esprit pour le moment. Comment as-tu connu le forum ? Grâce à un Top-site Qu'en penses-tu jusqu'ici ? Je suis tombé sur une fan de catch donc je ne pouvais pas espérer mieux pour être aux anges . Un dernier mot ? You Just Made The List (spéciale dédicasse pour Laura ).



Code:
<pris> john krasinski</pris> ▲ levi stewart
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Levi Stewart
lost in the fog

➢ POSTS : 574
➢ ÂGE : 35 ans
➢ SURNOM : Lonewolf
➢ OCCUPATION : Lieutenant de police
➢ STATUT CIVIL : Célibataire
➢ ATTIRANCE : Une seule femme fait battre mon cœur
➢ ASPIRATION : Reconquérir le cœur de celle qu'il considère comme son âme sœur
➢ QUOTE : Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow
➢ LOGEMENT : Castro District, Studio #66
➢ RPS : After all this time, I still miss you everyday - Daphne Palmer

La nuit de tous les dangers ➢ Kinga Ilinski

I just want to close my eyes once and forever ♪ Jordan Fisher

Un après-midi à la plage - RP commun

My head is a very dark place ❆ Naya Taylor
➢ AVATAR : John Krasinski
➢ CRÉDITS : Tumblr & bat'phanie
➢ WHO ARE YOU : Sweety
➢ AUTRES VIES : Not yet
➢ INSCRIPTION : 27/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 7:17




One second can change your whole life
Allongé dans mon lit, j'éprouve encore une fois toutes les peines du monde à m’endormir : les examens de fin d’année approchant à grands pas, j'ai des insomnies depuis quelques temps déjà et cela commence sérieusement à me taper sur le système. Soudainement, je suis intrigué par un bruit suspect qui semble provenir du rez-de-chaussée. En temps normal, je m'en serais vite désintéressé dans la mesure où il n'est pas rare que mon père soit encore éveillé à des heures tardives mais dans le cas présent, un détail fait toute la différence : mon chien grogne et chacun de ses sens paraissent en alerte. Accordant ma confiance à mon fidèle compagnon, je dois me rendre à l’évidence : des inconnus ont pénétré par effraction dans notre maison. Loin de moi l'idée de jouer les héros de service mais ma curiosité légendaire est plus forte que tout : j'ai beau être terrifié, une force invisible me pousse à prendre ce risque inconsidéré. Sans doute qu'à défaut d'être doté d'un courage exemplaire, j'ai au moins le mérite de ne pas me comporter comme la pire des mauviettes. J'aurais très bien pu me cacher sous ma couette pour attendre tranquillement que tout danger soit écarté : personne ne m'en aurait tenu rigueur. Seulement voilà, je ne suis pas du genre à opter pour la solution de facilité, cela va à l'encontre de ma personnalité.

Dans le feu de l'action, je suis sorti de ma chambre sans avoir de plan précis en tête. Les rayons de la lune éclairent la maison me permettant de ne pas être plongé dans le pénombre la plus complète. J'avance lentement assurant chacun de mes pas pour éviter de faire grincer le plancher : j'essaye d'être aussi léger qu'une plume car la moindre erreur de jugement peut m'être fatale. Rex me suit à la trace ce qui a au moins le mérite de me rendre plus clairvoyant : en effet, sa présence me sécurise et je parviens plus facilement à contrôler ma nervosité. Nous arrivons près de l'escalier et j'indique à mon fidèle compagnon de s'asseoir.

- Tu restes ici et tu ne bouges pas d'un poil, c'est bien compris?

Demeurant aussi discret que possible, je m'appuie alors contre la balustrade et je me penche pour jeter un coup d'œil en contrebas : je n'aperçois aucun mouvement suspect ce qui semble indiquer que les cambrioleurs ne monopolisent pas le salon. Poussant un large soupir, je sais à cet instant précis que je suis confronté à un sacré dilemme : je peux me montrer raisonnable et faire marche arrière ou bien descendre au rez-de-chaussée afin de neutraliser ces voleurs. Cependant, une chose est certaine : j'ai une décision à prendre et il faut que je m'y tienne jusqu'au bout. L'espace d'une minute, je ferme alors les yeux serrant dans ma main droite un pendentif qui a autrefois appartenu à ma grand-mère : elle me l'a offert pour mes 15 ans et il n'a dès lors jamais quitté mon cou. Après l'avoir embrassé du bout des lèvres, je prends une profonde inspiration et je décide de me jeter dans la gueule du loup : les dés sont jetés.

Je descends les marches avec précaution et miraculeusement, aucune d'entre elles ne crisse. Je sens mon cœur palpiter mais il ne s'agite pas autant que je l'avais imaginé au départ : à croire que les poussées d'adrénaline me réussissent plutôt bien. J'évolue avec assurance mais je veux à tout prix éviter d'être téméraire. Il n'y a qu'un pas entre l'audace et l’imprudence : or, il est préférable que je ne le franchisse pas. La porte d'entrée est ouverte et les cambrioleurs se sont déjà chargés de dévaster notre salon : généralement, je ne suis pas méchant pour un sou mais savoir que des gens n'ont éprouvé aucun scrupule à violer notre intimité me fout littéralement en rogne. J'ai une envie folle de leur botter le cul mais je suis loin d'être cinglé : je sais que ce n'est pas de mon ressort de jouer les justiciers. J'ai tout à fait le droit de les haïr mais ce n'est pas ma colère qui doit dicter mes actes : cela de me mènerait à rien. En fait, mon objectif est simple : je veux joindre la police mais pour cela, il me faut atteindre le téléphone qui se situe près de la cuisine. Soudainement, j’entends un objet se briser et je ne peux m’empêcher de sursauter tout en sentant mon cœur battre à tout rompre dans ma poitrine : je comprends alors que les cambrioleurs sont actuellement dans la salle à manger. Après avoir réfléchi à la situation l’espace de quelques secondes, je réalise que le meilleur moyen d’atteindre le téléphone sans me faire repérer est de passer par l’extérieur de la maison pour contourner la salle à manger.

Quittant rapidement ma demeure sur la pointe des pieds, je rejoints alors le jardin et me dirige vers la fenêtre qui donne accès à la cuisine. Au même moment, le vent se manifeste au travers d'une petite brise : levant les yeux au ciel, j'aperçois également des nuages s'amonceler au-dessus de ma tête. Le temps semble tourner à l'orage mais j'ai d'autres chats à fouetter que de me préoccuper de la météo. Alors que je me demandais comment les cambrioleurs s’étaient débrouillés pour s’infiltrer dans notre maison, je ne tarde pas à avoir ma réponse et à comprendre par la même occasion que ces enflures sont tous sauf des amateurs : comment sont-ils parvenus à briser la vitre de la cuisine sans faire le moindre bruit ? Toujours est il que je décide de m’infiltrer dans la pièce après avoir vérifié que la voie était libre et que je parviens à atteindre le téléphone à la vitesse de l’éclair. Aussitôt, je m'éclipse sur le perron afin de ne pas éveiller les soupçons mais j’ai à peine le temps de composer le numéro de la police qu'un éclair illumine le ciel tout en me filant quelques sueurs froides par la même occasion. Mon appel, quant à lui, est clair et concis : en l'espace de deux minutes, j'ai plié l'affaire et on me confirme alors qu'une équipe va intervenir dans les plus brefs délais. Aussitôt la communication terminée, je pose le combiné à terre remarquant par la même occasion qu'une pluie battante s'est invitée à la fête puis sans demander mon reste, je file à l’anglaise pour me mettre à l’abri le temps que les flics pointent le bout de leur nez.

Alors que m’éloigne de ma demeure, je stoppe soudainement ma marche en avant : dans la précipitation, j’ai oublié que mes parents ainsi que mon chien courraient toujours un grave danger. Sans doute que la police débarquera dans quelques minutes mais s’il leur arrive quelque chose d’ici là, jamais je ne me le pardonnerai. M’armant de tout mon courage, je décide donc de rebrousser chemin avec la ferme intention de mettre ma famille à l’abri de tout danger. Pénétrant à nouveau dans la maison, je me dirige vers les escaliers dans le but d’alerter mes parents mais en une fraction de seconde, je suis alors cerné par trois hommes cagoulés qui me demandent de m'allonger par terre si je ne veux pas recevoir une balle en pleine tête. J'obéis sans broncher comprenant rapidement que je ne suis pas tombé sur des gars tendres. Les minutes s'égrènent mais dans ma position, le temps me paraît interminable. Néanmoins, j'ai conscience de ne rien risquer tant que je n'essaye pas de jouer au super-héros ce qui est alors loin d'être dans mes intentions à cet instant précis : seulement, un élément inattendu va considérablement changer la donne. Brusquement, je perçois une voix familière qui se demande ce que je fous par terre : je réalise alors que ma mère est tout près de moi et qu'elle ne se doute pas une seule seconde de ce qui se trame dans notre maison. Je lui somme de retourner dans sa chambre mais il est déjà trop tard : l'un des cambrioleurs a remarqué sa présence et il semble hors de lui. Sans même réfléchir une seule seconde, il tire sur ma mère avant qu’elle n’ait pu esquisser le moindre geste : désemparé, je m’empresse alors d’aller à son chevet en oubliant totalement qu’un des cambrioleurs continue de pointer une arme dans ma direction. Tandis que ma mère agonise et semble au plus mal, je supplie un des cambrioleurs de me laisser appeler les secours : je suis dépassé par les événements et totalement meurtri dans ma chair mais pourtant, le pire est encore à venir. L’un des cambrioleurs rejoint soudainement ses partenaires tout en ayant le téléphone de la maison à la main : je réalise alors que la fin est proche. L’un des hommes cagoulés qui semble être le chef du trio me lance un regard des plus noirs : il tente d'entamer un dialogue en ma compagnie me posant des questions provocantes auxquelles je n'apporte évidemment aucune réponse. Au même moment, les sirènes de police résonnent au loin et ses partenaires insistent alors pour qu’ils mettent les voiles sans plus tarder mais visiblement, le chef de la bande a une autre idée derrière la tête. Se précipitant à l’étage, je l’entends distinctement tirer deux coups de feu puis quelques secondes plus tard, il rejoint ses deux compères et se met à ma hauteur tout en pointant son arme dans ma direction.

- On verra si tu peux vivre avec le poids de la culpabilité sur ta conscience.

J’ai à peine le temps d’enregistrer cette phrase lourde de sens qu’une détonation résonne et me projette en arrière. Doucement mais sûrement, tout se brouille alors devant mes yeux avant que je me retrouve plongé dans le noir le plus complet.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jordan Fisher
lost in the fog

➢ POSTS : 5575 ➢ ÂGE : 27 ans (27 septembre 1990)
➢ SURNOM : Jo
➢ OCCUPATION : Producteur, Mixer, Auteur
➢ STATUT CIVIL : Célibataire
➢ ATTIRANCE : Se met pas d'étiquettes
➢ RPS : Levi - Alex - Izzy - May - Shane - Marsh - Maze - Le bal - Darius - Sophie

Rps terminés : Sam
➢ AVATAR : Colson Baker (MGK)
➢ CRÉDITS : ava : weaslove
➢ WHO ARE YOU : AMGK
➢ INSCRIPTION : 17/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 10:02

Bienvenuuuuue

______
'Cause I loved ya
Does that mean nothing to you now? I loved ya. Get me back on homely ground  (c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maona Whitaker
one step at a time

➢ POSTS : 1991
➢ ÂGE : Vingt-neuf années à son actif.
➢ SURNOM : Aucun. Maona et puis c'est tout.
➢ OCCUPATION : Radiologue depuis peu à l’hôpital de la ville. Entièrement dévouée à son métier.
➢ STATUT CIVIL : Officiellement en couple. Mais pour l'instant laissée seule depuis quelques temps par l'autre personne. En principe heureuse. En vérité, en attente d'un signe de vie et de la bague au doigt. L'excuse : un voyage pour le boulot. La vraie raison : Aller réfléchir sur l'avenir du couple.
➢ ATTIRANCE : Les hommes et rien que les hommes. Surtout un, à vrai dire. Les autres, ça l’intéresse plus.
➢ ASPIRATION : En ce moment ? Là-maintenant ? A bien réfléchir, c'est pas très compliqué. Vivre sa vie, sans se prendre la tête. Se réveiller le matin grâce aux rayons du soleil, faire sa journée de travail, chose qu'elle apprécie, puis rentrer quand elle veut et s'occuper d'elle-même et de personne d'autre. Ne pas penser aux problèmes de famille ou de couple, et simplement profiter de la vie au jour le jour. Si ses parents et frères et sœurs pouvaientt redevenir aussi proche, ce serait bien mieux. Si son supposé petit ami pouvait revenir enfin, elle ne s'en plaindrait vraiment pas. Mais pour ça, on verra plus tard. L'important sur le moment, c'est d'être heureuse, au moins un peu.
➢ QUOTE : "I don't wanna be left for my demons to find."
➢ LOGEMENT : #52, loft, castro district.
➢ RPS : Elias + Naya +Liam
➢ AVATAR : Elizabeth Olsen.
➢ CRÉDITS : hypnotic ; exordium
➢ WHO ARE YOU : Asternya.
➢ AUTRES VIES : Kinga & Rylan.
➢ INSCRIPTION : 08/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 11:09

Bienvenue !

______

wonderwall
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Black
the lone wolf

➢ POSTS : 2051
➢ ÂGE : Vingt-sept ans
➢ SURNOM : Aux yeux du monde, je suis Alex. C’est ainsi que je me présente, passant toujours sous silence le prénom trop pompeux qui ne m’a jamais correspondu.
➢ OCCUPATION : Tatoueur au Daddy's Closet.
➢ STATUT CIVIL : Sans lien ni attache, je suis célibataire. C’est un choix auquel je tiens, une sorte de contrôle assuré sur cette partie de ma vie.
➢ QUOTE : « I'm just another dumb fool who'll never go down in history. »
➢ LOGEMENT : #601 Castro District, un appartement sous les toits avec mon chat pour seule compagnie.
➢ RPS :
➢ AVATAR : Andy Biersack
➢ CRÉDITS : Ilyria (ava.) + Astra (sign.)
➢ WHO ARE YOU : rena
➢ AUTRES VIES : Ashton & Robyn
➢ INSCRIPTION : 06/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 11:48

Mais quel perso, mes aïeux !! Et quel excellent choix de scénario !
Ta fiche est hyper agréable à lire, j'adore ton style. Alors que dire à part "bienvenue parmi nous" ?

J'attends le feu vert de @Daphne Palmer et je te valide ASAP mon bichon.

______


INTO THE FIRE
i'm not too sure what i'm supposed to do with this, these hands, this mind, this instability. from a cage i created, to a hell that heaven made. can't let go of the hatred, 'cause i love the way it tastes. take them all back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Levi Stewart
lost in the fog

➢ POSTS : 574
➢ ÂGE : 35 ans
➢ SURNOM : Lonewolf
➢ OCCUPATION : Lieutenant de police
➢ STATUT CIVIL : Célibataire
➢ ATTIRANCE : Une seule femme fait battre mon cœur
➢ ASPIRATION : Reconquérir le cœur de celle qu'il considère comme son âme sœur
➢ QUOTE : Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow
➢ LOGEMENT : Castro District, Studio #66
➢ RPS : After all this time, I still miss you everyday - Daphne Palmer

La nuit de tous les dangers ➢ Kinga Ilinski

I just want to close my eyes once and forever ♪ Jordan Fisher

Un après-midi à la plage - RP commun

My head is a very dark place ❆ Naya Taylor
➢ AVATAR : John Krasinski
➢ CRÉDITS : Tumblr & bat'phanie
➢ WHO ARE YOU : Sweety
➢ AUTRES VIES : Not yet
➢ INSCRIPTION : 27/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 15:19

Merci à vous trois et j'apprécie les compliments Alexander.

Pas de soucis en tout cas, c'est noté.

______
Love is friendship set on fire
So it's not gonna be easy. It's going to be really hard; we're gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me ... every day.. ▬ The Notebook
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Daphne Palmer
lost in the fog

➢ POSTS : 61
➢ ÂGE : 28 ans, bientôt 29. Pas de crise de la trentaine en approche, elle est en crise depuis qu'elle est née.
➢ SURNOM : Daph, Palmer, Dan. Honnêtement, elle s'en fiche. Vous pourriez claquer des doigts pour l'interpeller qu'elle répondra sûrement, si elle est de bonne humeur.
➢ OCCUPATION : A l'origine, elle est restauratrice d’œuvres d'art. Mais c'est devenu compliqué depuis la naissance de Charlotte, alors aujourd'hui elle tient surtout l'accueil du musée. Et elle fait chauffeur Uber, la nuit, pour les pourboires.
➢ STATUT CIVIL : Célibataire, jeune maman à temps plein, l'amour c'est surfait et inutile de toute façon.
➢ ATTIRANCE : Les flûtes de Pan. Elle a toujours été fan de musique, Daphne.
➢ ASPIRATION :
➢ QUOTE : i know dwayne ‘the rock’ johnson doesn’t know me but i consider him a friend
➢ LOGEMENT : maison 23, à twin peaks.
➢ RPS : Aristide + Levi (2/3)

Terminés : Aristide
➢ AVATAR : Anna Kendrick
➢ CRÉDITS : hathaways (ava)
➢ WHO ARE YOU : ginger squid / Laura
➢ AUTRES VIES : Sophie G.
➢ INSCRIPTION : 09/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 18:01

NON MAIS JE ME MEURS CETTE FICHE EST
Je plussoie Alex, ton style est vraiment super agréable à lire et j'aime tellement ce que tu as fait de Levi, de l'histoire et du caractère que tu lui as donné

C'est parfait pour moi, vous pouvez valider, j'ai hâte de jouer notre lien

PS I see what you did there :
 

______
 
here's to my yesterday
All these years I've been searching for who I'm supposed to be, all this time I've been wasting 'cause I was right in front of me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alexander Black
the lone wolf

➢ POSTS : 2051
➢ ÂGE : Vingt-sept ans
➢ SURNOM : Aux yeux du monde, je suis Alex. C’est ainsi que je me présente, passant toujours sous silence le prénom trop pompeux qui ne m’a jamais correspondu.
➢ OCCUPATION : Tatoueur au Daddy's Closet.
➢ STATUT CIVIL : Sans lien ni attache, je suis célibataire. C’est un choix auquel je tiens, une sorte de contrôle assuré sur cette partie de ma vie.
➢ QUOTE : « I'm just another dumb fool who'll never go down in history. »
➢ LOGEMENT : #601 Castro District, un appartement sous les toits avec mon chat pour seule compagnie.
➢ RPS :
➢ AVATAR : Andy Biersack
➢ CRÉDITS : Ilyria (ava.) + Astra (sign.)
➢ WHO ARE YOU : rena
➢ AUTRES VIES : Ashton & Robyn
➢ INSCRIPTION : 06/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur




MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    Mar 28 Nov - 22:56


Félicitations, tu es des nôtres !
Si Daphne valide alors c'est tout bon ! J'ai vraiment hâte de suivre l'évolution de vos deux persos, cette relation promet de faire des étincelles ! Je te souhaite donc officiellement la bienvenue parmi nous Levi, bonne continuation et surtout amuse-toi bien !!

Et maintenant ?
Félicitations, tu viens de passer l'étape la plus plus difficile, le meilleur est à venir désormais ! Pour commencer, n'hésite pas à vérifier dans le bottin des avatars si ton joli minois a bien été ajouté à la liste ! Si c'est bon, n'oublie ensuite pas d'aller te recenser dans le bottin des noms et prénoms, ça évite les doublons si tu ne désires pas que les tiens soient utilisés par quelqu'un d'autre, et c'est toujours mieux. Maintenant, à moins que tu ne veuilles être sdf, tu dois demander ton logement et recenser ton métier (et cela même si tu es chômeur). En outre, si ce personnage est un double-compte, viens nous le préciser dans le bottin adéquat pour qu'on y rajoute ton petit nom.

Maintenant que tu as un toit et de quoi t'acheter à manger, passons aux choses plus intéressantes. Pour cela, n'oublie pas de te créer une fiche de liens - les amis, ça peut toujours servir ! Si jamais tu as déjà des liens en tête et que tu veux en informer les membres et les invités, n'hésite pas à ouvrir ta bande de pré-liens. Aussi, si tu recherches un personnage important, tu peux toujours faire un ou plusieurs scénarios, mais attention, ils sont limités au nombre de trois.

Et voilà, tout est bon, tu peux commencer à jouer et faire vivre à ton personnage des aventures trépidantes. N'hésite pas à utiliser le modèle de fiche de rp pour être accordé aux couleurs du forum (mais on ne t'en voudra pas si tu as déjà ton template fétiche).

Bon jeu sur Fogged Up !


______


INTO THE FIRE
i'm not too sure what i'm supposed to do with this, these hands, this mind, this instability. from a cage i created, to a hell that heaven made. can't let go of the hatred, 'cause i love the way it tastes. take them all back.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart    

Revenir en haut Aller en bas
 

Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow ¤ Levi Stewart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOGGED UP ▲ CITY BY THE BAY :: MAN, I'M SO FOGGED UP :: WE COULD BE HEROES :: GONE TO HEAVEN-